J’avais 4 ans et j’ai décidé que je soignerai les gens. Je me sentais faite pour prendre soin. J’ai commandé au Père Noël ma panoplie d’infirmière. Cette idée, comme une détermination, comme une force qui me venait de loin ne m’a plus quittée. Je me souviens aussi qu’à 7 ans j’aurais préféré être un garçon. Comme un pressentiment que cela ne serait pas facile pour une femme de suivre sa voie. Oui je suis devenue infirmière. Puis mére de 4 filles en deux périodes différentes de ma vie. Maintenant, je suis sophrologue. J’accompagne les personnes, adultes et enfants, qui sont en difficulté, en perte de confiance et de repères à découvrir les capacités qui sont en eux. Pour revenir à mon rôle de soignante, je continue à me former à la médecine traditionnelle indienne. En celle-ci, comme en sophrologie, il y a la considération de l’individu dans son entièreté, la tête et le corps. Et la recherche de l’équilibre en toutes choses. Dans ce métier je reçois et je donne. Je me sens à ma place.

Sophrologue, infirmière de formation, spécialisée dans les troubles du sommeil et l'accompagnement à la douleur.

Atelier collectifs en Conscience.

Au cœur des femmes donne la place aux femmes et leur quête. Lieu d'accueil et d'expérimentation, d'écoute et de suspension du jugement, de transmission, je m'y sens à ma place pour proposer via la sophrologie et l'ayurveda un accompagnement aux femmes après 45 ans.

Séparer les rêves et la vie, c'est renoncer à changer les choses

emmanuelle guillon couleur.jpg

Emmanuelle Guillon

Strasbourg et Wolfisheim (67)